Kinshasa - RD Congo : 28 mai 2017.

vendredi, 10 février 2017 09:33

SOCIETE : AFFAIRE «KO SUKOLA NZOTO».Kinshasa : Les femmes recourent aux «Ma Ndona» pour attirer les hommes

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

A Kinshasa, devenir une femme remarquable et attirante par les hommes de notoriété ou de haute classe dès le premier regard conduite certains à des pratiques infâmes, notamment le fait pour les jeunes filles se font pour leur donner entre guillemet la chance.

En effet, sur cette histoire de «Ma Ndona», tout est une question de génération qui change avec le temps. Ces «Ma Ndona» jadis qualifiées comme étant des femmes féticheuses, résidants dans les fins fonds de la ville, toutes  étant bizarres… sont aujourd’hui, sorties de leurs cachettes avec une autre apparence en se rapprochant de plus en plus de la population au point où, elles ne sont plus dénommées sorcières mais plutôt vues comme étant des femmes porteuses de chances. 

Ce phénomène horrible qui consiste à laver une fille toute nue, en lui disant des paroles de ce genre : «Zua chance ya mibali ya mbongo, kaka ba konzi mutu ba ko mona yo, batu ya mbongo bako landa yo, oko ngenga neti sanza, …».

Notons que, parmi toutes ces paroles disent, il y a d’autres que ces femmes disent tout en murmurant.  Et d’autres, donnent des poudres à leurs clientes pour appliquer au visage et dans leurs parties intimes question de captiver et dompter les hommes.  

Il faut dire que, dès qu’une femme se fait laver par une «Ma Ndona», du coup,  celle-ci devient toute belle, très attirante et une proie pour tous les hommes qui ont des portefeuilles bien garnis. 

Cependant, la société actuelle est confrontée par cette hérésie, qui tente aussi les femmes fortes avancées en âge, qui ont un métier et qui sont donc parfaitement indépendantes. Elles vont se faire laver généralement pour se sentir plus jeune, plus femme, afin d’aller se chercher donc des partenaires du côté de la jeunesse.

Cependant, ce  phénomène de société qui tend à devenir une affaire très courante s’explique,  dans le fait que, toutes les femmes actuellement sont attirées par les hommes plus mûrs, plus friqués et surtout plus responsable. Car ils traitent bien les femmes généralement.

Ainsi, dans le souci de marier et d’avoir la sécurité, la liberté, celles-ci, cherche peu importe les moyens utilisés, à tomber dans les bras protecteurs d’un homme sachant les guider.

Notons que cette pratique «Ko sukola» a tué plusieurs jeunes filles à la fleur d’âge qui ont brillé juste un court moment avec des hommes de la haute classe et ont vite fané subitement, jusqu’à mourir. Celles-ci prétendaient avoir de la chance auprès de ces dames à l’échange de quelques billets de banque, notamment 100$. Alors que ces derniers se servent de l’étoile de toutes celles qui tombent dans leurs filets.

En milieu estudiantin

En réalité, ce phénomène «Ko sukola» fait rage dans les milieux estudiantins. Car, plusieurs étudiantes vivent dans la concurrence et dans le complexe. Et pour ce faire,  elles recourent à ces pratiques pour prouver aux autres qu’elles sont capables de sortir avec des hommes qui roulent carrosse, et qu’elles sont capables de faire arrêter autant de véhicules sur le chemin. Pour elles, cette pratique, les rendent plus sûr d’elles que jamais. Car après l’université, le mariage est assuré.

«Nous avons des filles qui, lorsqu’elles étaient arrivées à l’université, étaient normales, mais à force d’envier les autres, elles ont procédé à cette pratique «Ko sukola». Soudain, elles sont devenues méconnaissables (Attirantes, friquées, bien habillées, véhiculées,…). On a comme l’impression qu’elles ont changé à un clin d’œil. Et, celles qui vont chercher des conseils chez elles, sont vite orientées par les mamans qui lavent», a déclaré une étudiante de l’Ifasic, qui garde son anonymat.

Dans l’église

A force de prêcher sur la prospérité et sur des enseignements contre la souffrance dans les églises, elles ont poussé les fidèles à devenir insensibles à la souffrance, au point qu’être dans la souffrance pour un chrétien est devenu comme n’étant pas  être dans la volonté de Dieu. Car, pour certains prédicateurs, la souffrance n’est pas digne d’un mode vie pour enfant de Dieu. Résultat, plusieurs membres de l’église se sont retrouvés dans l’impatience d’attendre les promesses de Dieu, et ont fait recours aux forces occultes pour changer leurs modes de vie.  Soulignons que la vie chrétienne d’aujourd’hui est révélée comme une vie facile, sans peine, ni tribulation, ou encore une vie en rose, où tout descend du ciel. Alors que la parole de Dieu signale l’état de ceux qui vont accepter de suivre Jésus dans Matthieu 24 : 9 comme suit : «Alors, on vous livrera aux tourments, et l’on vous fera mourir; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom».

2Timothée 4 : 5  ajoute : «Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l’œuvre d’un évangéliste, remplis bien ton ministère».

Il faut dire que, même à l’église, il y a de ces jeunes filles qui se laissent séduire et se font laver par des mamans qui tout en les lavant disent des paroles de bénédictions pour leur donner la chance de tomber que sur des hommes de rêve.

Une maman Véronique Shambo, diaconesse et responsable au département des sœurs à l’Aumônerie universitaire réplique : «Il y a une chose que nombre de chrétiens ne supportent pas, c’est bel et bien la souffrance. D’où, nombreux  sont prêts à tout pour ne pas souffrir ou ne pas traverser des moments de désert. Ceux-là recourent même aux forces occultes pour échapper aux conditions difficiles de la vie, qu’ils prétendent ne pas correspondre à leur standing». «Ils oublient même que par la souffrance d’un juste, Dieu peut faire taire les accusations du Diable par une souffrance extrême venant du camp adverse qu’il permet. Et quand un enfant de Dieu, ne trahit pas sa race, cette souffrance devient un sujet pour la gloire de Dieu.  Et en retour Dieu bénit énormément ceux qui ne cèdent pas pendant la souffrance à l’exemple de Job», souligne-t-elle.

Cette femme rajoute : «Parce que si c’était le cas, Christ allait se marier ou Paul. Ils ont vécu pleinement selon les desseins de Dieu sans être mariés. Plutôt, le mariage, ce n’est qu’un moyen, un outil pour vivre les desseins de Dieu dans leur vie. Ce n’est pas un terminus, ni la priorité des priorités. Et si ça ne vient pas qu’elles prient et au moment opportun ça viendra. Est-ce qu’il faut que tout le monde se marie ?».

Fanny Fiatu

Lu 99 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  • Les artistes

  • 1
  • 2
  • 3
Prev Next
Les BIKORO Singers

Les BIKORO Singers

Initiée par papa Charles NGILA, dans le village de NGELO MONZOI, territoire de Bikoro, province de l... Lire la suite

Les Chérubins

Les Chérubins

Le Groupe de louange et d’adoration « Les chérubins » passe pour le plus instable de la Paroisse «... Lire la suite

Eclat du Ciel

Eclat du Ciel

C’est Pierre Corneille, poète français du XVI ème  siècle, qui a mis ces mots restés dès lors histor... Lire la suite

Les exilés de Sion

Les exilés de Sion

« Si leur histoire m’était contée… »Ce Groupe musical n’a été découvert du grand public qu’à travers... Lire la suite

Pasteur Willy Kyungu

Pasteur Willy Kyungu

Originaire de la Province du Katanga, en République Démocratique du Congo, le frère Willy Kyungu Kat... Lire la suite

Sœur Christine Kasongo Beyuna

Sœur Christine Kasongo Beyuna

La Servante du Seigneur «Chère Maman» - c’est ainsi que préfèrent l’appeler souvent ceux qui lui son... Lire la suite

La Gerbe Agitée (Fr David Kala…

Le groupe la gerbe agitée est résultat de la vision évangélique du frère DAVID KALALA BANZE de Lubum... Lire la suite

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Le groupe de musique chrétienne Dieu fait grâce est une création de la Sœur Mado Safi. Il existe dep... Lire la suite

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwamba)

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwam…

Le groupe Shalom  a été créé en 2008 par la sœur Nénette Mwamba. Son objectif est louer Dieu et évan... Lire la suite

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Le groupe SALEM de la sœur Mireille Mbayo a été créé en 2003 dans la ville de Kinshasa en République... Lire la suite

  • Contact

Pour tout renseignements

Téléphone : +243 994 702 797
    +243 825 984 121
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Adresse : Immeuble Virunga
    5eme Niveau
    Boulevard du 30 Juin
    Commune de la Gombe
    Kinshasa / RD Congo

 

Visiteurs

1556314
Aujourd'hui
Cette semaine
Ce mois
Tout
1027
8058
38131
1556314

Votre IP: 54.224.3.148
le 28/05/2017 , 18:24:32

Restez connecté(e)

Copyright © Nabii Samweli House 2017 - Tous droits réservés