Kinshasa - RD Congo : 27 avril 2017.

mercredi, 01 mars 2017 10:45

CULTURE. Où sont les vertus du lieu du deuil ?

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pour répondre à cette question, l’idéal a été de faire parler un tenant de la question sociologique, et anthropologique.  Ce dernier s’est confié à notre micro.  Au fait, de la situation liée aux vertus cachées dans les deuils, un dispensateur des cours au sein d’un alma mater de la place réagit sur base ou en fonction de ses expériences personnelles. Du reste, découvrez avec nous ce qu’il en a été de l’entretien avec les limiers de Lnd.   

Bonjour monsieur. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Merci pour la parole. Moi, c’est l’assistant Kibenga Mubanga Yvon, du département d’anthropologie à la faculté des sciences sociales, à l’Université de Lubumbashi.  

Monsieur l’assistant, du point de vue culturel, quelle attitude peut-on prendre pendant la période du deuil dans une famille ?

Oui, vous devez savoir que, en tant qu’Africains, et particulièrement Congolais, lorsque nous sommes dans un deuil, c’est un moment de douleur morale. L’attitude que nous devons prendre, c’est une attitude de tristesse, de stress ! Ça signifie que lorsqu’on est devant un deuil, on doit présenter une attitude morale et physique liée à la douleur .Parce qu’on a perdu un être cher.

Dans nos cultures, dans un lieu de deuil, ce n’est pas un lieu de plaisir, ou de loisir, mais de partage de douleur et tout dépend d’une culture à une autre. Dans une société, parce que nous avons plusieurs cultures.  Mais, ce qui est important, c’est de savoir, ce qu’on appelle les universaux culturels. Ce qui est général est que, un lieu de deuil, est un lieu de douleur, de tristesse et de stress.

Moi-même, j’ai eu l’occasion de faire un travail sur la « conception du deuil dans un milieu local », cas de la ville de Lubumbashi. Ce qui fait que j’ai parcouru différents milieux de deuil, et j’ai observé le comportement des jeunes et des vieux ; et j’ai compris que le deuil est considéré aujourd’hui, surtout dans les milieux ruraux, comme un lieu de loisir où on doit discuter des croyances religieuses, de sensibilisation politique… Non ! Cela est en dehors du contexte culturel. Lorsqu’on est en deuil on est frappé par la douleur, de la disparition d’un être cher.

En quoi est-ce que le deuil peut être une occasion de renouer les bonnes relations dans une famille, et, quand ou comment peut-on les détériorer ?

Vous devez savoir que, si une personne meurt, tous les membres de la famille et même de la communauté se retrouvent. Ça signifie qu’il y a connaissance des uns et des autres. Du fait ?  Qu’ils se sont retrouvés. Parce que c’est un moment qui réunit presque tous les membres de la famille et ceux qui sont proches du défunt. Là, ça consolide les liens parce qu’on se présente, on se connait sur le plan physique, moral, de même que dans la lignée généalogique de la famille, du clan ou de la tribu.  On présente qui est le plus ancien et le moins âgé de la famille ; et delà, on sait présenter même le régime dans un deuil.

Quand faut-il discuter de l’héritage, avant ou après l’enterrement et pourquoi ?

Il faut discuter de l’héritage après l’enterrement ! Mais, il faut discuter des questions essentielles pour consolider la famille. Il faut savoir qu’on murmure de l’héritage avant l’enterrement, ça signifie qu’on doit savoir qui peut être l’héritier. Mais, cela est pris dans un contexte purement restreint. C’est-à-dire qu’on ne doit pas le mettre à la portée de tout le monde, mais seulement que les anciens de la famille peuvent le faire d’une manière discrète. De manière officielle, c’est après l’enterrement, lorsqu’on veut lever le deuil, deux ou trois jours, tout dépend d’une culture à une autre en Rdc. Mais à vrai- dire, l’héritage ne peut pas se discuter seulement au moment du deuil, il faut le faire avant ; c’est ça une vraie conception anthropologique par rapport aux problèmes que nous sommes en train de rencontrer dans nos sociétés africaines. Quelqu’un doit préparer celui qui va lui succéder. Voilà pourquoi il y a un problème de testament vu que ça crée de troubles dans les familles.

Et que dire de certaines familles qui transportent maintenant leur défunt dans de taxi-bus à la place du corbillard, cela est dû au moyen ou à la culture ?

Tout d’abord, c’est un problème d’éducation ! Or la culture est comme l’éducation. Alors, parmi les moyens de transmettre la culture, il y a aussi la socialisation.  Raison pour laquelle, dans une société les questions culturelles commencent à l’école maternelle. Et comme nous sommes dans une société où, pour transmettre la culture, on laisse seulement la famille ; en conséquence, il y a finalement transgression des normes sociétales.

Ainsi donc, c’est un problème d’éducation, parce que vous verrez que, pas seulement les jeunes, même les adultes croient que, quand il y a deuil, c’est là qu’il faut aller pour boire, escroquer l’argent, chercher de petites filles…« Toutes les orgies s‘y passent belle et des antivaleurs sont commis »

Quel est le péché culturel que vous avez constaté pendant cette période des obsèques de Tshisekedi ?

Non ! Ecoutez, les obsèques de Tshisekedi, je ne me suis pas intéressé beaucoup. En tant qu’Anthropologue, nous attendons que le corps soit rapatrié ici en Rdc, pour que nous voyions ce qui va se passer. Comme là c’est en Belgique, c’est dans un contexte purement belge, qui n’a pas à affaire à un contexte congolais, vu qu’il ne faut pas isoler l’impact culturel de son environnement physique. Je ne peux pas analyser le deuil de Tshisekedi en Belgique parce qu’il fallait voir le comportement de Congolais vis-à-vis de son corps au pays.

Alors que dire de ceux qui mettent ses photos et les portent à l’aide du fil suspendu au coup ?

Oui, bon, c’est aussi une manière de pleurer !c’est comme ceux-là qui mettent des polos avec mention « Adieu » ; mais, ce qui va nous intéresser, c’est de savoir si cette manière s’inscrit dans la logique de la culture congolaise, et cela, d’une culture à une autre.  

Steve NUMBI

Lu 31 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  • Les artistes

  • 1
  • 2
  • 3
Prev Next
Les BIKORO Singers

Les BIKORO Singers

Initiée par papa Charles NGILA, dans le village de NGELO MONZOI, territoire de Bikoro, province de l... Lire la suite

Les Chérubins

Les Chérubins

Le Groupe de louange et d’adoration « Les chérubins » passe pour le plus instable de la Paroisse «... Lire la suite

Eclat du Ciel

Eclat du Ciel

C’est Pierre Corneille, poète français du XVI ème  siècle, qui a mis ces mots restés dès lors histor... Lire la suite

Les exilés de Sion

Les exilés de Sion

« Si leur histoire m’était contée… »Ce Groupe musical n’a été découvert du grand public qu’à travers... Lire la suite

Pasteur Willy Kyungu

Pasteur Willy Kyungu

Originaire de la Province du Katanga, en République Démocratique du Congo, le frère Willy Kyungu Kat... Lire la suite

Sœur Christine Kasongo Beyuna

Sœur Christine Kasongo Beyuna

La Servante du Seigneur «Chère Maman» - c’est ainsi que préfèrent l’appeler souvent ceux qui lui son... Lire la suite

La Gerbe Agitée (Fr David Kala…

Le groupe la gerbe agitée est résultat de la vision évangélique du frère DAVID KALALA BANZE de Lubum... Lire la suite

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Le groupe de musique chrétienne Dieu fait grâce est une création de la Sœur Mado Safi. Il existe dep... Lire la suite

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwamba)

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwam…

Le groupe Shalom  a été créé en 2008 par la sœur Nénette Mwamba. Son objectif est louer Dieu et évan... Lire la suite

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Le groupe SALEM de la sœur Mireille Mbayo a été créé en 2003 dans la ville de Kinshasa en République... Lire la suite

  • Contact

Pour tout renseignements

Téléphone : +243 994 702 797
    +243 825 984 121
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Adresse : Immeuble Virunga
    5eme Niveau
    Boulevard du 30 Juin
    Commune de la Gombe
    Kinshasa / RD Congo

 

Visiteurs

1514509
Aujourd'hui
Cette semaine
Ce mois
Tout
646
3834
27243
1514509

Votre IP: 54.224.225.228
le 27/04/2017 , 14:48:14

Restez connecté(e)

Copyright © Nabii Samweli House 2017 - Tous droits réservés