Kinshasa - RD Congo : 24 avril 2017.

mercredi, 01 mars 2017 10:35

SOCIETE. SYSTEMES PATRIARCAL ET MATRIARCAL. Le bon choix se pencherait de quel côté ?

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le mariage permet à deux personnes de sexe, mâle et femelle, de se mettre ensemble aux fins de se compléter et enfin, former un foyer en mettant des enfants au monde. Les deux personnes doivent atteindre l’âge exigé par des tels obligations du fait que cela se passe devant Dieu et la terre. Mais, il se pose dans notre société le problème de l’appartenance de l’enfant sous le toit conjugal.

Quand nous ne sortons pas de notre tribu, nous n’avons pas de facilités de canaliser cette appartenance. C’est en ce moment qu’intervient l’oncle pour vite passer à l’acte malicieux de s’approprier des enfants obtenus de sa sœur, aîné ou cadet, pendant que lui-même dispose des enfants obtenus d’une autre personne féminine qu’il est en droit d’élever.

En général, l’oncle doit cesser de s’ingérer dans les affaires de ses sœurs, s’il en a nombreuses pour prendre réellement en charge ses enfants du fait que, ceux pour lesquels ils se vantent tant, ont un géniteur qui les a reçus de Dieu. Si les promoteurs de ce système ont juré d’agir de la sorte, c’est parce que, un homme, peut se dire géniteur de deux, trois enfants  pendant que c’est un autre qui en est le vrai auteur. Cette version va avec une vielle coutume qui lui donne une primauté injuste devant le père de l’enfant par une simple version qui ébranle toute la famille trop plongée par une telle déclaration.

Il est vrai que c’est seule la maman de l’enfant  connait qui est le vrai auteur de l’enfant pendant que tout se muera totalement en un  grand secret de  telle sorte de prendre en tenaille tout celui qui osera par, imprudence, divulguer ce grand secret. Nous nous permettons d’illustrer un exemple qui s’est passé en 1966 à Inkisi, territoire de Boko, dans la province du Kongo Central où une belle-sœur, sûr du déplacement de son  mari, invita le jeune frère de ce dernier de venir passer la nuit dans leur maison. Elle l’a fait puisque son mari, vieux, est devenu incapable de la rendre grosse.

INVITATION SOURNOISE

Le frère cadet s’est posé des questions sur les conséquences d’une invitation attrape nigaud de sa belle-soeur. Comme il sait que cette dernière parle beaucoup, il s’était laissé faire. Sa belle-sœur était enceinte de lui. L’enfant qui est né, est devenu aujourd’hui un éminent pasteur. Il n’ya que deux personnes qui connaissent ce qui s’est passé se vendredi-là. Même lui-même le pasteur n’en sait rien. Il sait qu’il est issu de son père et de sa mère. Le contraire est inacceptable. Et l’histoire s’est arrêté-là. Le pasteur appelle son géniteur oncle paternel. L’affaire est gardée secret jusqu’au moment où nous mettons sous presse. Les exemples sont légion. Un autre problème  surgi assez souvent dans les mariages inter-tribus où s’établissent deux tendances qui se présentent et où les enfants ne savent pas de côté ils doivent se présenter.

La même difficulté a lieu d’abord dans le mariage des conjoints issus de la même province.  Comme nous l’avons soulevé dans nos lignes antérieures où l’on le devient injustement le responsable des enfants à qui sa sœur a donné la vie.  Dans ces foyers le père doit être quelqu’un qui n’ignore rien de la science qui lui donne le droit de disposer de tous les enfants en sa possession et, non à l’oncle dont l’appartenance revient à ces propres rejetons qui sont sortis biologiquement de son corps.

Nous ne nous attarderons pas de dire quand l’ancienne province de Léopoldville rassemblant à l’époque de la colonisation les entités provinciales Kongo Central, Kinshasa et Bandundu, les enfants issus d’un mariage quelconque se rangeait du côté de la maman. Pour cette raison, l’oncle prenait le dessus sur le père.

ERREUR MONUMENTALE

Ce qui est une erreur monumentale du fat que scientifiquement, l’enfant est l’œuvre exclusive de papa du fait qu’il sort du corps de ce dernier avant d’être transmis  dans le corps de la maman pour naissance, après neuf mois, après une approche sexuelle. Pour nous, la maman constitue une simple enveloppe qui ne peut s’ouvrir valablement qu’à la naissance. Il n’y a de raisons que l’enfant se range du côté de la maman. Ceux qui mettent en application ce système n’ont pas raison. Il est fort heureusement à remarquer ce système de honte en voie de disparition pour la simple raison que les oncles ont vite compris que l’enfant pour lequel il est appelé à se dépenser est celui qui est sorti de ses cuisses et non le contraire. L’enfant auquel il tenterait de se coller à son père  biologique. Il n’y a pas deux règles du fait qu’en mathématiques un plus un égal deux.

Même l’ADN, phénomène scientifique en cours tranche tout de suite sur ce passage. Les études actuelles ne trompent pas du fait que c’est à travers cela qu’on découvre le camp de l’enfant. Nous ferons la même analyse pour le côté paternel où l’enfant est autorisé de ranger de son côté. C’est simple comme bon jour à comprendre pour le simple fait que le père reconnaît avoir scientifiquement transmis l’enfant dans le corps de sa femme à travers un accouplement. Le fruit de cette opération est la naissance d’un enfant après une attente religieusement proclamée de neuf mois.

Personne ne viendra mettre en doute l’appropriation de l’enfant à son père qui est, d’ailleurs, reconnu comme tel. Nous nous rappellerons que pendant la deuxième République, les autorités de ce régime prônait pendant les meetings les mariages inter-tribus avec toutes les conséquences du fait qu’un ressortissant de la province du Kongo Central allait s’amouracher avec une femme de la province de Maniema. Un homme de la  province du Nord-Kivu allait tomber amoureux avec une belle femme de la province de Kwango dans l’ex-Bandundu. S’aimer, c’est bien.

Mais le problème naîtra quant à l’éducation des enfants du fait que les deux ne pensent pas de la même manière. Pour les deux cas soulevés, le patriarcat et le matriarcat n’agissent pas de la même manière. Papa et maman, chaque camp tirera le rideau  de son côté puisque il y aura confrontation de deux coutumes qui ne se laisseront pas tranquilles.

Vous allez comprendre que pour un tel tiraillement la femme cherchera toujours a supplanté pour faire honneur à sa coutume. En un mot comme en dix, la deuxième République avait tout simplement joué sur la politique sans tenir compte sur la coutume qui est et restera la base de notre vie.

NECERSSITE D’UN GUIDE

Un guide auquel nous devons rester coller pour mieux nous orienter dans notre vie puisque dans tout cela, le plus grand perdant, c’est l’enfant qui ne  saura plus à quel saint se vouer et perdra tout sur les traces des aïeux de leurs anciennes péripéties au départ duquel s’est assis la coutume de leur père et de leur mère. Toute cette différentiation est tellement multiple du fait que ne fût-ce que pour l’histoire, nous sommes condamnés à y jeter un coup d’œil scrutateur puisque l’histoire, dit-on, est  une cybernétique, elle nous amène à fouiner partout pour nous amener à comprendre d’où nous venons et où nous allons.

Partir de Kinshasa pour aller chercher au Kivu à la suite d’une femme que l’on aime se transforme en une équation à plusieurs inconnues au terme de pouvoir bien guider les enfants qui sont, comme on ne cesse de le dire, votre propre sang. C’est la grâce de Dieu qui sait à qui il veut donner du fait que pour les exemples donnés pour deux couples dont l’un est patriarcal et l’une matriarcale, la réponse est bien facile du fait que les enfants ne sont pas tranchés en deux morceaux distincts tels le voulait une femmes biblique que pour qu’en quête de son enfant trouvé mort, elle a voulu que son gouverneur autorise de trancher celui qui était encore en vie.

Quand un homme et une femme se réunissent, les enfants ne peuvent pas subir les recommandations coutumières du fait qu’ils sont innocents et sont au monde grâce à la volonté discrétionnaire du Tout Puissant. Après avis et considérations, le camp paternel est beaucoup plus étroitement lié à l’appropriation de l’enfant du fait que l’oncle constitue une troisième personne qui n’a aucune accointance sur l’enfant surtout, loin biologiquement. Nous le répétons encore une fois avec force que ce dernier sort de la cuisse de son père et reste appartenir à lui jusqu’à la fin de ses séjours sur cette terre des hommes. La science évoluant rapidement, elle vient confirmer ce besoin avec le test d’ADN, front sur lequel personne n’a encore opposé une quelconque opposition. Alors, nous nous demandons ce que vient faire l’oncle. Le sujet étant assez délicat nous avons le concours de tout le monde. Le débat est ouvert.

MMS

Lu 36 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  • Les artistes

  • 1
  • 2
  • 3
Prev Next
Les BIKORO Singers

Les BIKORO Singers

Initiée par papa Charles NGILA, dans le village de NGELO MONZOI, territoire de Bikoro, province de l... Lire la suite

Les Chérubins

Les Chérubins

Le Groupe de louange et d’adoration « Les chérubins » passe pour le plus instable de la Paroisse «... Lire la suite

Eclat du Ciel

Eclat du Ciel

C’est Pierre Corneille, poète français du XVI ème  siècle, qui a mis ces mots restés dès lors histor... Lire la suite

Les exilés de Sion

Les exilés de Sion

« Si leur histoire m’était contée… »Ce Groupe musical n’a été découvert du grand public qu’à travers... Lire la suite

Pasteur Willy Kyungu

Pasteur Willy Kyungu

Originaire de la Province du Katanga, en République Démocratique du Congo, le frère Willy Kyungu Kat... Lire la suite

Sœur Christine Kasongo Beyuna

Sœur Christine Kasongo Beyuna

La Servante du Seigneur «Chère Maman» - c’est ainsi que préfèrent l’appeler souvent ceux qui lui son... Lire la suite

La Gerbe Agitée (Fr David Kala…

Le groupe la gerbe agitée est résultat de la vision évangélique du frère DAVID KALALA BANZE de Lubum... Lire la suite

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Le groupe de musique chrétienne Dieu fait grâce est une création de la Sœur Mado Safi. Il existe dep... Lire la suite

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwamba)

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwam…

Le groupe Shalom  a été créé en 2008 par la sœur Nénette Mwamba. Son objectif est louer Dieu et évan... Lire la suite

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Le groupe SALEM de la sœur Mireille Mbayo a été créé en 2003 dans la ville de Kinshasa en République... Lire la suite

  • Contact

Pour tout renseignements

Téléphone : +243 994 702 797
    +243 825 984 121
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Adresse : Immeuble Virunga
    5eme Niveau
    Boulevard du 30 Juin
    Commune de la Gombe
    Kinshasa / RD Congo

 

Visiteurs

1511518
Aujourd'hui
Cette semaine
Ce mois
Tout
843
7752
24252
1511518

Votre IP: 54.145.81.105
le 24/04/2017 , 18:58:24

Restez connecté(e)

Copyright © Nabii Samweli House 2017 - Tous droits réservés