Kinshasa - RD Congo : 18 dcembre 2017.

vendredi, 21 avril 2017 10:18

Quid de l’aide au développement en Afrique ?

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le sujet est encore tabou.  L’aide au développement accordé aux pays africains préoccupe la société Civile africaine. Mettre en cause le bien-fondé des milliards d’euros ou de dollars déversés chaque année en Afrique est un sacrilège pour la grande majorité des dirigeants politiques occidentaux. Pourtant, il y a quelques années une économiste Zambienne, Dambisa Moyo, dans son ouvrage dénonçait non seulement l’inefficacité de cette l’aide mais aussi ses conséquences.

Au contraire, l’aide au développement encourage la corruption et permet à des régimes de se maintenir artificiellement.  En raison des montants importants qu’elle engage, elle attise des convoitises et peut aviver des tensions ethniques et peuvent parfois conduire à la guerre civile. Dambisa Moyo appelle de ses vœux un modèle de développement fondé sur le commerce et le marché. Au cours de 50 dernières années, le montant total de l’aide au développement transféré des pays riches vers l’Afrique s’élève à plus d’un trillion de dollars (mille milliards). Ceci inclut des dons directs ainsi que des prêts à taux réduits. A l’heure actuelle, l’aide représente environ 15% du Produit intérieur brut, PIB de l’Afrique. Ceci a-t-il permis de faire reculer la pauvreté ? Non, répond Dambisa Moyo.

Sur le plan économique, l’aide recul vient à la compétitive des secteurs productifs, réduisant leur capacité à exporter. Elle contribue aussi au maintien de secteurs publics pléthoriques qu’il conviendrait de réformer en profondeur. Ce n’est donc un hasard si, selon l’économiste Zambien entre 1970 et 1998, c’est-à-dire durant la période au cours de laquelle l’aide au développement était au plus haut, la pauvreté augmentait de 11% à 66%.

Au fond, cette aide souffre d’un défaut essentiel, elle détruit les incitations à évoluer, à se reformer et à se développer. Pourtant ; leur suppression n’aggraverait-elle pas la situation ? Au contraire, il s’agit d’une condition essentielle pour que l’Afrique trouve le chemin d’une croissance durable.

A la base de cette idée se trouve une contraction simple : tous les pays qui ont connu un développement important, que ce soit en Europe, en Afrique ou en Asie, doivent leurs performances non pas à l’aide extérieur mais à leur capacité de créer des richesses. «Il y a plus de 30 ans, rappelle Dambisa Moyo, le Malawi, le Burundi et le Burkina Faso disposaient d’un revenu par habitant supérieur à celui de la Chine».

Depuis des années, la Chine connaît une croissance économique soutenue parce qu’elle a réussi à gagner en compétitivité et à attirer à elle des investissements étrangers. Ce n’est pas encore le cas de nombreux pays africains.

SOLUTIONS

En fait, la moitié de l’ouvrage de Dambisa Moyo offre des solutions possibles pour l’Afrique. Première piste de l’économiste : s’ouvrir au commerce extérieur et aux investissements directs étrangers.

Aujourd’hui l’Afrique ne représente que 1% des échanges mondiaux alors qu’elle est proche d’un marché de taille, le marché européen.

Or, une réelle insertion dans le commerce international suppose un contexte politique et juridique stable, ainsi accéder aux marchés mondiaux et vivre de leur production, ce qui serait beaucoup plus efficace que de leur octroyer des aides au développement.

Enfin, tantôt que de financer par des prêts à taux réduits, l’écoute suggère que les Etats Africains se financent par émission d’obligation sur les marchés de capitaux. Ceci les pousserait à respecter une discipline plus stricte : ils devraient convaincre les investisseurs de leur solidité financière.

Derrière l’ensemble des propositions avancées par Dambisa transparait une propriété. Elle fait allusion du Botswana qui fait figure d’exception en Afrique. En fait, note-t-elle, entre 1968 et 2001 la croissance moyenne y a été de 6,5% en raison des politiques favorisant la liberté économique : ouverture des marchés à la concurrence internationale, politique monétaire non inflationniste avec une pression fiscale modérée. Il ya donc de fatalité concernant l’Afrique, tranche-t-elle à vif.

Rodriguez Kikamba

Lu 153 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  • Les artistes

  • 1
  • 2
  • 3
Prev Next
Les BIKORO Singers

Les BIKORO Singers

Initiée par papa Charles NGILA, dans le village de NGELO MONZOI, territoire de Bikoro, province de l... Lire la suite

Les Chérubins

Les Chérubins

Le Groupe de louange et d’adoration « Les chérubins » passe pour le plus instable de la Paroisse «... Lire la suite

Eclat du Ciel

Eclat du Ciel

C’est Pierre Corneille, poète français du XVI ème  siècle, qui a mis ces mots restés dès lors histor... Lire la suite

Les exilés de Sion

Les exilés de Sion

« Si leur histoire m’était contée… »Ce Groupe musical n’a été découvert du grand public qu’à travers... Lire la suite

Pasteur Willy Kyungu

Pasteur Willy Kyungu

Originaire de la Province du Katanga, en République Démocratique du Congo, le frère Willy Kyungu Kat... Lire la suite

Sœur Christine Kasongo Beyuna

Sœur Christine Kasongo Beyuna

La Servante du Seigneur «Chère Maman» - c’est ainsi que préfèrent l’appeler souvent ceux qui lui son... Lire la suite

La Gerbe Agitée (Fr David Kala…

Le groupe la gerbe agitée est résultat de la vision évangélique du frère DAVID KALALA BANZE de Lubum... Lire la suite

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Le groupe de musique chrétienne Dieu fait grâce est une création de la Sœur Mado Safi. Il existe dep... Lire la suite

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwamba)

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwam…

Le groupe Shalom  a été créé en 2008 par la sœur Nénette Mwamba. Son objectif est louer Dieu et évan... Lire la suite

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Le groupe SALEM de la sœur Mireille Mbayo a été créé en 2003 dans la ville de Kinshasa en République... Lire la suite

  • Contact

Pour tout renseignements

Téléphone : +243 994 702 797
    +243 825 985 355
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Adresse : Immeuble Virunga
    5eme Niveau
    Boulevard du 30 Juin
    Commune de la Gombe
    Kinshasa / RD Congo

 

Visiteurs

1837359
Aujourd'hui
Cette semaine
Ce mois
Tout
1126
11601
24854
1837359

Votre IP: 54.90.159.192
le 18/12/2017 , 20:42:01

Restez connecté(e)

Copyright © Nabii Samweli House 2017 - Tous droits réservés