Kinshasa - RD Congo : 16 dcembre 2017.

mercredi, 26 avril 2017 09:36

UNE VILLE TOLERANTE. Si l’Histoire de Lubumbashi m’était contée

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La ville de Lubumbashi demeure tolérante, ouverte à tous, accueillante et laborieuse. Lubumbashi Wantanshi compte plus qu’elle-même au monde d’aujourd’hui. Dès l’aube la Place de la Gare de Lubumbashi, devenue le terminal de plusieurs tronçons dans le transport  en commun, est déjà plein de minibus et bus aux couleurs de la ville (rouge et blanc), alignés pour prendre les passagers à destination de Kasumbalesa et des communes. Les appels habituels des receveurs rivalisent pour se faire entendre. Néanmoins, toutes les destinations sont annoncées dans un brouhaha indescriptible. A travers le centre-ville, les éléments de la brigade d’assainissement sont déjà en place à travers les artères de la ville. Munis chacun d’outils de travail, ils balayent, ramassent et rassemblent dans un silo les ordures ménagères.

Ces braves gens ont l’emploi à cause du mauvais comportement des Lushois, qui jettent, dans l’indifférence totale, la paperasse sur la voie publique et sur le trottoir. Les camions-bac à poubelle circulent pour enlever les immondices. Ce même jour, le silo d’immondices à côté du Parquet II, juste en face de la mairie, est aussi dégagé. Non loin de là, Carine, une malade mentale est sans abri devant l’ancien office (entendez, le bureau du gouverneur belge) d’Emile Wangermain, le long de l’avenue Tabora, sur le trottoir. Les passants semblent ne pas prêter attention ni à sa situation, ni à son emplacement.

Les Lushois, pour la plupart, ignorent que c’est avec ce minuscule bâtiment qu’Elisabethville a accédé à son indépendance. L’immeuble de cinq étages inachevé derrière la maisonnette est bâti pendant la sécession katangaise, sa construction dure deux ans et demie. C’est l’actuelle mairie de Lubumbashi.  Si l’on peut rendre hommage à quelqu’un, c’est au maire Louis Koyagialo Ngbase te Gerembo (paix à son âme). A son époque, il avait poursuivi l’aménagement des autres étages, en se servant des matériaux de construction laissés par le gouvernement de Moïse Tshombe. Il avait engagé quelques entrepreneurs grâce au contrat qu’il signera avec la Brasserie, relatif à la taxe de consommation.

La ville de Lubumbashi est née suite à l’exploitation des mines de Kambove, Lwisha, Ruashi. Elle est construite principalement pour les travailleurs des sociétés. La première ville voit le jour à Kalukuluku (Ruashi actuel). Elle s’étend jusqu’à la Kafubu. L’insuffisance de l’eau pour refroidir le lingot de cuivre occasionne le déplacement de l’exploitation minière de Kalukuluku au site actuel, le long de la rivière Lubumbashi. Les autochtones, à cette époque traite déjà le cuivre. Ils ont des moules. Ils fabriquent les croisettes, les bracelets et autres objets en cuivre et les commercialisent. Nous sommes en 1919. La ville de Lubumbashi naît. Son premier gouverneur est Emile Wangermain. Parler d’Elisabethville, revient à parler de la commune Lubumbashi seulement. A cette époque, elle a le statut d’une ville.

En 1956, les quartiers Albert (Kamalondo) Office des Cités Africaines (Ruashi), Katuba et Nyashi (Kenya) deviennent des communes.

Auparavant la commune Kenya mérite son appellation Nyashi. Lorsque les militaires congolais reviennent de la seconde guerre mondiale, en 1945, ils arrivent de l’Est du pays. Ils étaient au front en Ouganda, Tanzanie et au Kenya. Ils sont installés dans la commune Nyashi sur l’avenue Kolwezi ; après l’école Sainte-Marie.

La nouvelle se répand comme une trainée de poudre (ils sont venus de Kenya disent-ils, sans cesse).

De fait, Lubumbashi est cosmopolite : expatriés et nationaux, toutes les souches, tout le monde - dans la promiscuité - vit dans la capitale cuprifère. L’artiste musicien Jean Bosco Mwenda wa Bayeke interroge : « Qu’est-ce que le bonheur katangais ? Le repas et déguster la bière locale. » Quand le passage politique se dégrade, d’aucuns se demandent pourquoi Lubumbashi reste indifférente aux sollicitations chimiques des politiciens ?

Le Katangais, le Lushois principalement, hérite son hospitalité et son calme de ses mœurs. En outre, dans l’esprit du colonisateur belge, pour réussir son entreprise, il recourt à une mosaïque de cultures. Cette logique coloniale hante l’esprit lushois. Tous les Congolais cherchent l’emploi. À Lubumbashi se trouve la Gécamines, donc les Luhois ont tous l’emploi informel, comme l’appréhension du démembrement est de travers même dans le chef de l’autorité provinciale ; cette dernière s’inspire de Néron : (Oderint dum metuant = qu’ils me haïssent pourvu qu’ils me craignent). Là-dessus, des gens perdent illégalement leurs emplois sur ordre du premier gouverneur du Haut-Katanga.  Kinshasa se tait.

A ce jour, les sirènes hurlent à travers la ville. Les Lushois s’attroupent ; la première sirène est celle d’un cortège funèbre. La deuxième est celle d’une ambulance, la troisième est celle du cortège officiel de son excellence le gouverneur du Haut-Katanga, Jean-Claude Kazembe. Quelques foules de curieux se forment, le lorgnent jusqu’à ce que ses gyrophares deviennent une tâche minuscule.

En somme, Lubumbashi est aussi une ville de la paix ; mérite lui reconnu par l’Unesco en 2001.    

Maurice MAZEL

Lu 274 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  • Les artistes

  • 1
  • 2
  • 3
Prev Next
Les BIKORO Singers

Les BIKORO Singers

Initiée par papa Charles NGILA, dans le village de NGELO MONZOI, territoire de Bikoro, province de l... Lire la suite

Les Chérubins

Les Chérubins

Le Groupe de louange et d’adoration « Les chérubins » passe pour le plus instable de la Paroisse «... Lire la suite

Eclat du Ciel

Eclat du Ciel

C’est Pierre Corneille, poète français du XVI ème  siècle, qui a mis ces mots restés dès lors histor... Lire la suite

Les exilés de Sion

Les exilés de Sion

« Si leur histoire m’était contée… »Ce Groupe musical n’a été découvert du grand public qu’à travers... Lire la suite

Pasteur Willy Kyungu

Pasteur Willy Kyungu

Originaire de la Province du Katanga, en République Démocratique du Congo, le frère Willy Kyungu Kat... Lire la suite

Sœur Christine Kasongo Beyuna

Sœur Christine Kasongo Beyuna

La Servante du Seigneur «Chère Maman» - c’est ainsi que préfèrent l’appeler souvent ceux qui lui son... Lire la suite

La Gerbe Agitée (Fr David Kala…

Le groupe la gerbe agitée est résultat de la vision évangélique du frère DAVID KALALA BANZE de Lubum... Lire la suite

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Le groupe de musique chrétienne Dieu fait grâce est une création de la Sœur Mado Safi. Il existe dep... Lire la suite

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwamba)

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwam…

Le groupe Shalom  a été créé en 2008 par la sœur Nénette Mwamba. Son objectif est louer Dieu et évan... Lire la suite

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Le groupe SALEM de la sœur Mireille Mbayo a été créé en 2003 dans la ville de Kinshasa en République... Lire la suite

  • Contact

Pour tout renseignements

Téléphone : +243 994 702 797
    +243 825 985 355
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Adresse : Immeuble Virunga
    5eme Niveau
    Boulevard du 30 Juin
    Commune de la Gombe
    Kinshasa / RD Congo

 

Visiteurs

1835272
Aujourd'hui
Cette semaine
Ce mois
Tout
138
9514
22767
1835272

Votre IP: 54.221.93.187
le 17/12/2017 , 02:21:42

Restez connecté(e)

Copyright © Nabii Samweli House 2017 - Tous droits réservés