Kinshasa - RD Congo : 20 octobre 2017.

mercredi, 31 mai 2017 09:19

BILLET. Kinshasa : Vers la désacralisation définitive de la vie humaine ?

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Il suffit de voir seulement les actes criminels d'une cruauté inouïe, tels qu'ils se commettent aujourd'hui, et publiquement, pour vous en convaincre. Se balader avec des membres d'un corps humains fraîchement sectionnés et saignants, témoigne d'une horreur hors du commun. Et pourtant ce sont ces spectacles-là auxquels les gens apprennent maintenant à se familiariser.

A juste titre ! et c'est devenu quasiment des faits banaux voire anodins, notamment à Kinshasa, où la population n'hésite plus à infliger de trop sévères châtiments mortels aux voleurs et autres marginaux attrapés de manière flagrante. Au pire des cas, l'on ne s'empêche plus d'exécuter les individus présumés voleurs ou bandits de grand chemin.

Tout dernièrement, une chaîne audiovisuelle locale a diffusé une scène extrêmement horrible d'exhibition des restes d'un présumé bandit à main armée supplicié par les habitants d'un quartier qui l'ont maîtrisé.

C'était quelque part dans la commune de Ngaliema. Après avoir dépecé le corps du malfrat tombé entre les mailles de la population, celle-ci en détenait un avant-bras et un pied qu'elle arborait comme des trophées. La scène était odieuse, insoutenable à la vue. Paradoxalement, c'était en présence d'une meute surexcitée, et des tout-petits qui observaient cette exhibition macabre.

Non loin de là gisait un corps complètement carbonisé, d'un autre individu présumé voleur ayant subi le courroux des habitants du quartier désabusés, que le défunt exécuté et ses compagnons terrorisaient en volant et en tuant.

Cette nuit a été fatidique, et l'aventure de ces présumés criminels a tourné court. L'un des "terroristes" a malheureusement été maîtrisé, pendant que ses collègues de "service" s'étaient soustraits dans la nature.

Ne trouvant que faire de leur butin, les gens avaient tout bonnement résolu de se débarrasser du brigand en le brûlant vif. Et l'on pouvait voir un corps indéchiffrable, calciné, entouré d'un amas de cendre carbonisée et des débris d'effets ayant servi à l'exécution du malheureux. Un spectacle horrifiant !

Des témoignages recueillis par le confrère de la chaîne précitée, les habitants ont déclaré tout leur ras-le-bol. Nous n'avons pas pu fermer l'œil toute la nuit, alors que les balles crépitaient depuis une heure jusqu'à vers trois heures et demie, ont-ils expliqué.

Avant d'ajouter : nous avons finalement décidé de sortir de nos maisons pour en découdre, à mains nues, avec ces envahisseurs.

Nous nous sommes cachés dans les feuillages, avant de leur livrer l'assaut final, qui s'est soldé par la capture de celui qui venait d'être brûlé, ont-ils précisé.

QUE FAIT L'ETAT ?

A la question de savoir pourquoi ils se sont rendu eux-mêmes justice, au lieu d'amener l'incriminé auprès des services publics compétents, les "bourreaux" ont estimé qu'ils avaient résolu de lui donner une correction exemplaire définitive, en s'évitant de le revoir récidiver. Nous ne faisons pas confiance à la police, disaient-ils, parce qu'elle se comporte avec beaucoup de complaisance à l'endroit des criminels qu'on amène, et qu'elle libère sans tarder. Avant d'ajouter : c'est pour nous une façon appropriée de mettre aussi en garde ceux d'autres criminels qui seraient tentés de venir nous tracasser dans nos maisons, car, lorsqu'on nous tue et nous vole, nous ne voyons ni l'Etat ni aucun défenseur des droits de l'homme restituer nos biens. Une autre femme a déploré ce qu'elle qualifiait de "complaisance" des instances judiciaires et de la police. Car, disait-elle, les voleurs que nous acheminons vers les (bakonzi) autorités sont même encouragés de rentrer si vite pour se venger sur nous quand on les relâche, dans toute impunité.

LA MANIERE N'Y EST PAS

Finalement, la Rdc, ou Kinshasa particulièrement, ne devrait pas donner à la face du monde, l'impression d'une jungle où tout existe, sauf l'ordre et la loi. La vie (humaine) est sacrée, principe que défend même la Constitution.

Cette vie, c'est y compris aussi celle d'un marginal ou criminel soit-il. Personne n'a le droit de se rendre justice, en tuant l'autre. Il existe des mécanismes et des services habilités en la matière. C'est pourquoi l'Etat devrait sévir contre, d'une part, ces pratiques odieuses, comme ces meurtres qui se commettent avec préméditation et toutes autres formes de crime, ainsi que le renforcement en personnel et en capacités des services de l'ordre et de sécurité, d'autre part. L'Etat devrait aussi interdire ces scènes d'horreur consistant à trimballer des restes de corps, de présumés criminels soient-ils.

C'est à peine croyable de s'imaginer une scène telle qu'un délinquant attrapé en une quelconque flagrance se fasse brûler vif ou dépecer publiquement comme un animal ou un poisson, en présence des tout-petits mêmes. C'est vraiment odieux ! La population civile devrait se ressaisir. Elle n'a pas le droit de se rendre justice. Ce qu'elle est appelée à faire donc, cette population, c'est de dénoncer ces voisins gênants, ces personnages suspects, auprès des services policiers et autres ayant en leur attribution la sécurité des personnes et leurs biens. Après tout, ces malfrats, qui terrorisent les paisibles citoyens, n'habitent pas des îles inaccessibles. Ils partagent les mêmes habitations que cette même population.

Mais pourquoi aujourd'hui à Kinshasa des actes de terreur deviennent-ils si communs, si nombreux ? Pourquoi l'on n'hésite plus à poignarder, à donner un coup fatal au prochain ? 

Si partout la vie est sacrée, elle doit l'être autant pour la ville de Kinshasa. De cette ville de Kinshasa la belle, dont l'image ne cesse malheureusement de se ternir au jour le jour.

LND

Lu 68 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  • Les artistes

  • 1
  • 2
  • 3
Prev Next
Les BIKORO Singers

Les BIKORO Singers

Initiée par papa Charles NGILA, dans le village de NGELO MONZOI, territoire de Bikoro, province de l... Lire la suite

Les Chérubins

Les Chérubins

Le Groupe de louange et d’adoration « Les chérubins » passe pour le plus instable de la Paroisse «... Lire la suite

Eclat du Ciel

Eclat du Ciel

C’est Pierre Corneille, poète français du XVI ème  siècle, qui a mis ces mots restés dès lors histor... Lire la suite

Les exilés de Sion

Les exilés de Sion

« Si leur histoire m’était contée… »Ce Groupe musical n’a été découvert du grand public qu’à travers... Lire la suite

Pasteur Willy Kyungu

Pasteur Willy Kyungu

Originaire de la Province du Katanga, en République Démocratique du Congo, le frère Willy Kyungu Kat... Lire la suite

Sœur Christine Kasongo Beyuna

Sœur Christine Kasongo Beyuna

La Servante du Seigneur «Chère Maman» - c’est ainsi que préfèrent l’appeler souvent ceux qui lui son... Lire la suite

La Gerbe Agitée (Fr David Kala…

Le groupe la gerbe agitée est résultat de la vision évangélique du frère DAVID KALALA BANZE de Lubum... Lire la suite

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Dieu fait grâce (Sr Mado Safi)

Le groupe de musique chrétienne Dieu fait grâce est une création de la Sœur Mado Safi. Il existe dep... Lire la suite

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwamba)

Groupe Shalom (Sr Nenette Mwam…

Le groupe Shalom  a été créé en 2008 par la sœur Nénette Mwamba. Son objectif est louer Dieu et évan... Lire la suite

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Salem (Soeur Mireille Mbayo)

Le groupe SALEM de la sœur Mireille Mbayo a été créé en 2003 dans la ville de Kinshasa en République... Lire la suite

  • Contact

Pour tout renseignements

Téléphone : +243 994 702 797
    +243 825 984 121
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Adresse : Immeuble Virunga
    5eme Niveau
    Boulevard du 30 Juin
    Commune de la Gombe
    Kinshasa / RD Congo

 

Visiteurs

1762957
Aujourd'hui
Cette semaine
Ce mois
Tout
178
7107
23559
1762957

Votre IP: 54.81.178.153
le 21/10/2017 , 03:14:24

Restez connecté(e)

Copyright © Nabii Samweli House 2017 - Tous droits réservés