Kinshasa - RD Congo 09/12/2019:

POLITIQUE.ARRESTATION DE DIOMI NDONGALA : La famille Makonko dans l’insécurité

Face au calvaire connu par le leader de la démocratie chrétienne et certaines cadres politiques de cette formation, l’opinion s’est mobilisé pour demander aux autorités congolaises de ne ménager aucun effort pour améliorer la situation des membres de la « Démocratie chrétienne » (DC), les appels à sa libération, à une enquête indépendante et au respect de son droit aux soins médicaux approprié, lancés par plusieurs organisations gouvernementales nationales qu’internationales ainsi que des Ong des droits de l’homme, sont ignorés par les autorités congolaises jusqu’à  ce jour.

Renforçant l’inquiétude dans le camp des opposants. Une inquiétude devenue grandissante quand on se souvient de la situation vécue par le jeune Michael Mbemba Makonko dont on a plus des nouvelles depuis le 26 mai 2014 et dont le seul péché a été son appartenance à la famille de Thomas Makonko Mbemba dont il est l’un des enfants.

Thomas Makonko Mbemba mieux connu à Kinshasa comme cadre de la Démocratie chrétienne et l’un des farouches compagnons d’Eugène Diomi Ndongola. Très engagé dans la contestation du scrutin de 2011 en RDC, Thomas Makonko n’a pas été épargné par la répression policière et d’autres forces de sécurité du pays. Lui et quelques responsables du parti ont été arrêtés et enlevés comme Eugène Diomi Ndongola (Président de la Démocratie Chrétienne).

Un confrère d’Afrikarabia avait même déclaré qu’il était clair que ce parti politique a subi le contrôle de police particulièrement difficile depuis l’élection présidentielle contestée en novembre 2011. A l’instar du Président de la D.C, les allers-retours de ce cadre sont restés sous haute surveillance de services de sécurité. Arrêté puis relâché plusieurs fois, Thomas Makonko a été aussi victime de fausses et fantaisistes accusations dans le seul but de le pousser à abandonner son combat politique et à lâcher Diomi Ndongola à tel point que son état de santé s’était détérioré, créant l’émoi dans toute la famille.

Son entourage pris de peur, commence même a craindre pour la sécurité de membre de la famille de Thomas Makonko, dont les atroces souffrances inspiraient pitié et peur. Lorsque les individus cagoulés armés et d’autres en tenue militaire se sont pointés à la résidence de Thomas Makonko, pour l’interpeller pour la 2ème fois, ils ont infligé un mauvais traitement à tous les membres de la famille trouvé sur le lieu jusqu’à violer impunément deux filles du cadre de DC, dont l’une âgée de 24 ans et l’autre de 16 ans. Un coup de crosse a été assené à Michael Makonko, qui s’évanouir après avoir perdu connaissance et transporté d’urgence à un Centre hospitalier de la place. Thomas Makonko, a été conduit dans une résidence privée puis transféré à la caserne militaire de Camp Loano de Kintambo, puis au Camp Kokolo. Une campagne de diabolisation a été ochestrées dernièrement par certains laboratoires politiques dans le but de nuire à la réputation de Diomi, Makonko et d’autres cadres de la D.C. Affaire à suivre…                   

LVM

Copyright © 2019 Nabii Samweli House - Tous droits réservés.