Kinshasa - RD Congo 27/11/2020:

PLACE A LA SINCERITE : Un changement attendu

La sincérité est une vertu  incommensurable qui pousse à être franc et véridique dans son comportement, ses paroles, ses pensées et ainsi que dans ce qu’on sent et on fait. C’est avoir un cœur droit qui conduit à reconnaitre la nature de ce qu’on pense et qu’on veut faire. Dieu nous recommande de marcher avec sincérité de cœur et avec droiture.

Dommage que cette vertu fasse défaut dans le chef de beaucoup de nos dirigeants dont la conscience est fauchée jusqu’à avoir des cœurs remplis de malices et la langue remplie des paroles flatteuses. Il y a lieu de le dire parce qu’à défaut d’elle, on est couvert de honte.

Plusieurs de ceux qui s’étaient baignés  dans le mensonge et l’hypocrisie ont été censurés par la population lors des dernières élections. Cela n’a pas donné matière à réflexion afin de corriger le comportement en se retirant de la scène pour paraitre prochainement autrement. C’est le temps d’effacer dans la mémoire du peuple les fautes commises.

L’on remarque certaines figures qui ont échappé de justesse à la censure populaire qui  reviennent sans vergogne pour se remettre en scène après avoir commis des fautes remarquables pendant leurs fonctions. Pour quoi faire ?

Il n’est un secret de Polichinelle que la ville de Kinshasa est sale, faute d’un programme de salubrité. Jadis appelé « Kin-la-belle », cette appellation est loin d’être une réalité aujourd’hui. « Kin-la-belle n’est qu’un lointain souvenir dans le langage du Kinois... », en lieu et place de « Kin-la-poubelle ».

En dépit des multiples mesures de renforcement aux opérations d’assainissement et la présence de certaines structures de salubrité, l’état des lieux de l’insalubrité à Kinshasa reste lamentable. Le volume des déchets ne fait qu’augmenter et leur gestion devient de plus en plus complexe. Ces dépotoirs dégagent une odeur  nauséabonde dans les quartiers environnants.

Tout compte fait, la persistance de l’insalubrité à Kinshasa s’explique par l’absence d’une information utile et pertinente pouvant susciter l’adhésion, à côté de laquelle l’on pourrait associer le manque d’organisation et de considération à l’égard du public.

C’est une affaire de santé publique négligée par ceux qui devaient s’en occuper. La santé publique, qui se définit comme le bien-être physique et psychique de l’homme, est un enjeu national et local. Au niveau national, plusieurs instances ont pour mission de la garantir, et au niveau local, c’est la mairie ou le gouvernement de la ville qui s’en occupe. Or, il est indiqué que le gouverneur partant ne s’en était pas préoccupé, d’où les dépôts sauvages des déchets partout dans la ville-province de Kinshasa avec comme  risques sanitaires le choléra, la typhoïde, le paludisme… et autres infections.

Selon le professeur NGOLA SUNDA, « les raisons qui rendent la ville de Kinshasa malpropre sont à rechercher à la fois dans le chef des gestionnaires qu’à l’endroit de notre population qui se retrouvent culturellement et logistiquement inaptes à autogérer des ordures ménagères et surtout à assurer l’évacuation des immondices et des eaux usées dans les marchés ainsi que le long des grandes artères et sur les grandes places. Il y a donc nécessité d’une réhabilitation physique de la ville de Kinshasa qui doit s’accompagner de la réhabilitation sociale, morale et mentale de sa population. »

La sincérité fait défaut, et comme la honte (tout comme le ridicule) ne tue pas, ceux qui ont détruit la ville veulent revenir à sa tête, on ne sait pour quoi faire. Ils devraient se retirer et faire autre chose, loin de la population. Il y a encore des terrains vides qui doivent être exploités aux abords de Kinshasa afin d’atténuer le spectre de la famine en réduisant les prix d’achat,  parce qu’il y aura abondance sur le marché. C’est-là une façon de participer à la lutte contre la famine dans la ville de Kinshasa. Ceux qui veulent revenir à l’Hôtel de Ville devraient y penser et exerceraient une œuvre utile dont la population leur sera reconnaissante.                                               

Ben

Copyright © 2020 Nabii Samweli House - Tous droits réservés.