Kinshasa - RD Congo 27/11/2020:

SA PRODUCTION AYANT PASSE DE 750000 A 807, 250 ONCES : Mines : Belle moisson pour Kibali Goldmines

Le secteur minier congolais démarre l’année 2019 avec une bonne nouvelle qui vient des mines à ciel ouvert et souterraines de Kibali Goldmines dans la province du Haut-Uélé.

L’entreprise, dont les parts sociales sont détenus par Rangold, Barrick et Sokimo, vient de réaliser un exploit en dépassant ses prévisions de production qui sont passées de 750.000 à 807, 25 onces. Et ce, au moment où l’once de l’or revient à 1333, 5 dollars. Soit une production évaluée à 1.076.467.875 dollars Une véritable couvée pour cette entreprise qui a commencé son exploitation, il y a à peine une dizaine d’années en Ituri.

PRODUCTION

Cette embellie s’explique, aux dires du DG de Kibali Goldmines, Mark Bristow, par l’accroissement de la production de la mine souterraine et surtout à l’amélioration constante de la récupération de l’usine de traitement ainsi que celle de l’alimentation. En effet, à Mongwalu, Kibali Goldmines a construit la plus grande usine d’exploitation de l’or en RDC dont les lingots ont déjà commencé à être commercialisés sur le marché international. Habituées à rendre compte sur l’état d’évolution du développement de cette mine, les autorités de Kibali Goldmines ne pouvaient garder cette information qui redonne du baume au cœur de nouveaux dirigeants congolais. Ces derniers s’attendent à une grande moisson de recettes publiques du secteur minier.

Ce secteur névralgique de l’économie congolais (80% de recettes) a connu récemment une longue et profonde réforme du Code minier qui a remis en l’état les différents équilibres pour la bonne exploitation des ressources minières en RDC, notamment les taux de redevance de différents minerais stratégiques dont le cobalt et le cuivre. Il en est de même de la clause de stabilité qui est passé de 10 à 5 ans.

DIVIDENDES

Dans ce nouvel environnement, les investisseurs, le Gouvernement et les populations pourront tirer des dividendes dans le cadre de nouveaux rapports économiques qui les lient. De la sorte, ces ressources pourront servir entre autres à financer les efforts de sécurisation du territoire national, améliorer les conditions sociales des différentes couches de la population (militaires, policiers, enseignants…) sans oublier le reste de la population dont la majeure partie vit dans les milieux ruraux. C’est dans ces milieux, on le sait, que trône l’exploitation artisanale des minerais. Un secteur qui devra également bénéficier des retombées de la réforme du code minier. Pendant ce temps, Kibali Goldmines poursuit le développement de son projet minier qui a permis de donner des centaines d’emplois aux Congolais et de doter d’un habitat moderne les différentes populations reclassées dans l’Ituri. Comme quoi le secteur minier congolais a de l’avenir pour les investisseurs qui ont choisi de venir évoluer en République démocratique du Congo.

V.E.

Copyright © 2020 Nabii Samweli House - Tous droits réservés.