Kinshasa - RD Congo 26/08/2019:

Salubrité : La Lucha invitée aux Ronds-points Victoire et Kimpwanza

A voir le degré d’insalubrité observée sur une place publique très fréquentée comme le Rond-point Victoire, on a l’impression que le Bourgmestre et ses nombreux Conseillers sont dépassés et emportés par d’autres préoccupations que l’entretien de ce site touristique qui abrite les monuments des artistes et de Luambo Makiadi. Un site devenu le carrefour de toutes les destinations de la ville et raffolé par les étrangers en séjour à Kinshasa qui y admirent l’ambiance by night.

Malheureusement pour eux quand ils s’y pointent pendant la journée, ils sont sidérés par l’état d’insalubrité, à commencer par les caniveaux remplis d’ordures de toutes sortes et curés une fois tous les six mois. Pendant que des sachets, bouteilles en plastique, tiges de brochettes, emballages de chikwange (manioc en forme de pain) tapissent le sol.

BOUTIQUES

Dans cette commune réputée pour ses boutiques de luxe (habillement, bijouterie…), ses hôtels, restaurants, églises, écoles de renom), il n’existe pas d’agents nettoyeurs de rue. Non que ce type de personnel n’existe pas mais la commune ne dispose d’aucun projet pour engager les jeunes spécialisés dans la rapine, la prostitution et tant d’autres cas de banditisme tolérés dans cet environnement atypique.

ACTION CITOYENNE

Il y a quelques mois, la LUCHA (mouvement citoyen) avait, avec banderoles à l’appui, mené une action étouffée dans l’œuf par crainte d’une consommation extérieure, mais à la place la commune ne fait rien de durable pour donner à cette place son éclat comme d’autres sites que nous visitons à l’étranger (Tour Eiffel, Mandela Square, Atomium…).

C’est une question de culture, dira-t-on mais qui doit prêcher par l’exemple si ce n’est le Bourgmestre et son équipe.

KIMPWANZA

Le même constat peut être fait à quelques kilomètres de là au rond-point Kimpwanza où est érigé le monument du premier Président de la République Joseph Kasa-Vubu, père de l’indépendance et symbole de l’intégrité dans la gestion des affaires publiques.

Ce site débroussaillé, il y a quelques mois à l’occasion de l’anniversaire de sa mort le 24 mars, a vu son enclos détruit pendant que le pavé n’est pas entretenu des mois. Dans cette commune qui porte le nom de l’illustre disparu, il y a le siège des partis qui se reconnaissent de son idéologie, la maison communale, des nombreuses boutiques de vente des pièces de rechange, des marchés, … mais comment dans cet environnement personne, ni le Bourgmestre, ni ses partisans de l’Abako ne prend conscience pour veiller sur l’entretien de ce site.

CRATERES

A ce niveau même, deux « cratères » de plus de deux mètres de diamètres se sont déclarés de part et d’autre du rond-point provoquant des ralentissements des véhicules sur les avenues Victoire et Assosa très fréquentées aux heures de pointe.

Tous les intellectuels, hommes d’affaires, religieux… passent par cet endroit sans qu’un patriote ne s’arrête pour inviter les Chinois à venir réparer non seulement la route mais surtout l’enclos du monument. Car pour les Congolais, l’entretien de ce site n’est pas une priorité.

Mais à quelques encablures de ces deux sites, l’Udps et ses dirigeants ont démontré qu’il était possible de nettoyer le stade des Martyrs pour le revêtir d’une nouvelle robe. Cette opération a coûté des millions de dollars mais elle a valu la peine car des Chefs d’Etat se sont déplacés pour le visiter.

NEGLIGEANCE

Pourquoi alors négliger le monument de Joseph Kasa-Vubu alors que des processions annuelles sont organisées devant le mausolée du Palais de la Nation et à l’Echangeur de Limete pour honorer deux dignes fils du pays : Patrice Emery Lumumba et Laurent-Désiré Kabila ?

Messieurs les Bourgmestres, les ronds-points Victoire et Kimpwanza n’appartiennent pas seulement aux Congolais pour les accommoder de l’insalubrité ; des étrangers y passent et prennent des photos.

A Kasa-Vubu, la symbolique du nom et du monument de l’ancien Chef de l’Etat ne suffit-il pas pour que le Bourgmestre en fasse un sanctuaire car il y passe matin et soir sans y apporter un coup de brosse. Faut-il attendre la rétrocession pour des opérations aussi simples destinées à faire rayonner la commune ?

La gestion à la congolaise marche-t-elle avec l’insalubrité quand nous construisons des flats et salles de fête au standard international mais faisons dormir nos héros dans l’insalubrité ? Dossier à suivre.

MOTA SETI

Copyright © 2019 Nabii Samweli House - Tous droits réservés.