Kinshasa - RD Congo 26/08/2019:

ASSEMBLEE NATIONALE : Convocation imminente de la session extraordinaire pour le 15 août

Même si rien ne laisse croire à la convocation d’une session extraordinaire de l’Assemblée Nationale, mais des bruits persistants émanant du côté du FCC et de CACH font entendre qu’il est probable que d’ici le 15 août 2019, cela soit effective.

 Les députés nationaux seront peut-être conviés d’ici le 15 août, à prendre part à l’ouverture d’une session extraordinaire avant celle ordinaire qui va nécessairement  intervenir le 15 septembre prochain. A en croire un analyste politique aguerri,  selon les dispositions du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, une session extraordinaire ne peut pas être convoquée le dernier mois des vacances parlementaires. «Si le 15 juillet 2019, l’Assemblée nationale n’est  toujours pas convoquée en session extraordinaire, dépassée cette date, il sera définitivement impossible que les députés nationaux soient conviés à l’hémicycle du Palais du Peuple avant la reprise de la session ordinaire prévue le 15 septembre prochain», affirme-t-il  avec une ferme assurance.

Seulement, au regard de l’évolution des enjeux politiques et de l’urgence nationale de la constitution d’un nouveau gouvernement (impatiemment attendu par le peuple qui commence à se lasser), il est possible que celui-ci soit investi en ce mois d’août. D’où la convocation possible d’une session extraordinaire de l’Assemblée Nationale. Pour ceux qui l’ignorent, la session ordinaire de mars qui s’était clôturée depuis samedi 15 juin dernier, n’avait pas organisé les élections au sein des commissions permanentes, ni mis en place le comité des sages, encore moins procédé à l’investiture des membres du gouvernement Ilunga Ilunkamba. D’ailleurs, la clôture solennelle était intervenue dans un contexte de crise, matérialisé à travers la méfiance et la mésentente dans le chef de certains élus du peuple. La suspension, par l’opposition LAMUKA, de sa participation aux plénières, était également l’un des points noirs. En cela, faudrait-il encore rappeler que le débat sur les ordonnances nommant les dirigeants à la SNCC et à la Gécamines avait suscité un tollé général non seulement au Palais du Peuple, mais aussi dans certaines assemblées provinciales.

 Aujourd’hui, l’urgence voudrait qu’il y ait une mise en place d’un gouvernement afin de permettre à la patrie de Mzee de fonctionner normalement. Les discussions qualifiées de ‘’sempiternelles’’ entre les principaux cadres de la coalition FCC-CACH, se sont finalement révélées concluantes. Il y a plusieurs semaines, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, nouveau Premier ministre, disait attendre la fin de négociations entre les plates-formes FCC et CACH pour former son gouvernement, aujourd’hui, la situation a changé. En gros, l’on sait déjà que le futur gouvernement Ilunga Ilunkamba sera composé de 65 membres dont 42 issus du FCC qui est largement majoritaire à l’Assemblée nationale et au Sénat. Dans ce lot, la plateforme de l’actuel Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, ne jouira que de 23 ministères. Dans cette équipe l’on retrouvera 48 ministres (31 du FCC et 17 de CACH) et 17 vice-ministres (11 pour le FCC et 6 pour CACH). Ce dernier peut compter sur la gestion de quelques ministères régaliens. Dans l’entretemps, les partis politiques composant le FCC d’une part, et les alliés du CACH, sont en train de s’entredéchirer pour le partage des portefeuilles dans le futur gouvernement.

Micha Kisalasala

Copyright © 2019 Nabii Samweli House - Tous droits réservés.