Kinshasa - RD Congo 16/11/2019:

AYANT TIRE SA REVERENCE LA SEMAINE DERNIERE Alain Moloto a marqué la musique chrétienne d’une encre indélébile

Vendredi 02 aout 2013, Alain Moloto a quitté la terre des hommes à la clinique Nganda où il venait d’être admis en urgence. La mort l’a surpris au moment où ses proches se préparaient à l’évacuer à l’étranger pour recevoir des soins appropriés.

Alain Moloto est mort sans peut-être  avoir donné tout ce qu’il avait comme talent en tant que auteur- compositeur et chanteur. En tout cas, l’on peut être certain que le monde chrétien ne l’oubliera pas de si tôt, tant il a marqué les esprits par ses chansons qui ont véritablement révolutionné l’adoration dans nos églises.

DES ORIGINES MODESTES

Alain Moloto ne cachait pas ses origines modestes. Il est né à Kisangani le 17 juillet 1961 d’une famille de 15 enfants dont il est le troisième. Originaire de la province de l’Equateur, son père s’appelait Evariste Moloto et sa mère Régine Bikoka.  Alors qu’il n’a que trois ans, sa maman décide de quitter le foyer et d’aller vivre sous d’autres cieux. Cette situation va déstabiliser les enfants dont Alain qui seront obligés de se battre pour survivre. Alain était marié à Christine Tshiabu avec qui ils ont eu quatre enfants, dont deux garçons et deux filles, en treize ans de vie commune.

Alain Moloto a débuté ses études à Lubumbashi avant de rejoindre la ville de Kinshasa pour y poursuivre les humanités et les études supérieures à  l’Institut supérieur de commerce (ISC) en 1983.

RICHE CARRIERE

La carrière musicale d’Alain Moloto aura été riche et remplie. Son premier disque, Masanjoli, préfigure déjà son amour pour l’adoration en profondeur, domaine dans lequel il va exceller par la suite avec son groupe, GAEL (Groupe Adorons l’Eternel). Plus de huit albums seront ainsi largués sur le marché de la musique chrétienne pour accompagner le peuple de Dieu dans sa quête d’une vraie adoration. On peut dire qu’Alain a compris cette boutade du Seigneur Jésus lorsqu’il dit que « L’heure vient, et elle est déjà venue, où les vraies adorateurs adoreront Dieu  en esprit et en vérité ».

Coup sur coup, Alain et GAEL vont sortir Yawhe tobelemi (Eternel, nous voici), Sublime I, Sublime II, Jésus le Prince glorieux, Une heure d’adoration volume 1 & 2, Une heure d’adoration volume 3 et enfin Les fruits de mes lèvres.  Dans ce dernier album, le croyant est plongé dans une ambiance de reconnaissance à Die avec les cantiques tels que vainqueur de Golgotha, Je t’aime Seigneur et Fidel’Ami.

L’œuvre de ce compositeur talentueux est tout simplement intarissable, pour ne pas dire immortelle. Des chansons telles que Divin amour, Amour éternel, Dans tes parvis,  Mwana mpate ou, Mosungi na bato  ou encore Shillo sont des chefs d’œuvre qui ont contribué et contribueront encore pour longtemps à donner du tonus à la louange et à l’adoration dans la célébration de nos cultes en l’honneur de l’Eternel des Armées. On a vu de nombreux profanes chanter avec beaucoup d’allégresse Shillo qui est un chant d’amour d’une profondeur captivante et qui ne laisse persone indifférent.

DES MALHEURS SUCCESSIFS

Le destin d’Alain Moloto et celui du Groupe Adorons l’Éternel  a connu des hauts et des bas ces dernières années. Des malheurs successifs se sont abattus sur le groupe, ce qui présageait déjà d’un destin tragique. On rapporte qu’Alain Moloto avait déjà survécu à un empoisonnement au début de l’année 2009. La même année, au mois de novembre,  Alain Moloto et Antoine Katoto, le producteur du groupe, vont d’ailleurs échapper à la mort au cours d’un  grave accident de circulation en Belgique. Leur voiture va faire quatre tonneaux mais, miraculeusement, nos compatriotes en sortent indemnes  avec quelques petites  égratignures.  Le Seigneur n’avait certainement pas encore envie de rappeler auprès de lui ses serviteurs.

En juin 2010, la même situation va se répéter sur la route de Matadi : le bus qui transportait son groupe fera trois tonneaux. Là encore, pas de victime à déplorer. Les circonstances exactes de cet accident n’ont  jamais été  élucidées. Mais, l’année 2013 va sonner le glas de GAEL. Le 1er juin, Marthe Bulay rend l’âme. Officiellement, il s’agit d’une « insuffisance rénale ». Ce qui n’empêche pas aux fans de spéculer sur sa disparition. Un mois plus tard, une autre catastrophe se produit : Christian-Gaël Mvuanda meurt dans un accident de voiture sur la route de Matadi à Kinshasa Alain Moloto vient donc de clôturer cette série noire qui risque d’être fatale pour le groupe GAEL dont la survie parait tout à fait hypothétique.  En deux mois seulement, le groupe a perdu trois de ses chantres. Dans la ville, l’émoi est à son comble. Personne n’arrive à s’expliquer cette tragédie qui déferle sur le groupe GAEL.

MORT SUSPECTE

En Afrique, l’on meurt toujours de quelque chose. Depuis le décès d’Alain Moloto, les spéculations vont bon train. Certaines langues n’hésitent pas á parler d’un empoisonnement dont lui et Marthe auraient été victimes au Grand Hôtel Kinshasa. Sur la toile, les internautes se déchainent.  Ils sont nombreux à prétendre  que le poète était devenu « gênant » et qu’il a carrément été « liquidé ». Des informations qu’il n’est pas possible de vérifier, les victimes étant parties sans avoir fait la moindre déclaration á ce sujet.

Pour étayer leur suspicion, certains observateurs rappellent qu’en 2011, Alain Moloto s’était illustré  par sa campagne d’évangélisation dénommée « Eden » au cours de laquelle il invitait le peuple de Dieu à se réveiller pour délivrer la Nation en danger. « Ensemble, délivrons la Nation », tel était le message qui aurait suscité la colère de certains protagonistes.

Il est vrai que les déclarations faites à cette époque ne pouvaient pas plaire à certains hommes politiques qui excellent dans les pratiques magiques et fétichistes. « Nous allons prier pour annihiler leurs actions afin que le vote des Congolais soit une sanction des actions et des discours des uns et des autres ».

Le site www.direct.cd rapport que des sessions antérieurs d’ « Eden » avaient été consacrées notamment aux femmes enceintes et aux jeunes filles : « Certains vont jusqu’à placer l’esprit satanique au sein des enfants que portent des futures mamans afin d’en faire des déchets de la société demain et compromettre l’avenir de notre pays. Nous avons prié aussi contre ces hommes qui, à coups d’argent, sortent avec des jeunes filles pour des pratiques mystiques. Nos prières anéantissent ces entreprises sataniques et c’est ainsi que ceux qui persistent meurent brutalement, subitement… ».

UN MONUMENT DE LA MUSIQUE CHRETIENNE

Quoi qu’il en soit, mort de maladie naturelle ou d’empoisonnement, Alain Moloto restera un monument de la musique chrétienne. Son mérite est d’avoir donné le goût et suscité l’envie des chrétiens à l’adoration.  Il avait compris, bien avant de nombreux leaders chrétiens, que nous sommes créés pour adorer le Grand Roi.
Alain Moloto était un artiste, le poète du Seigneur Jésus dont la renommée avait traversé les frontières de la RDC. Or, comme le dit l’adage, l’artiste ne meurt pas. Alain peut donc se reposer de ses œuvres impérissables.

Que son âme repose en paix.

Stanis NKUNDIYE

Témoignage sur Alain MOLOTO

« Ses œuvres le suivront. Certes, il n’y a personne qui soit indispensable, mais il faut reconnaitre aussi qu’il est très difficile de remplacer quelqu’un complètement ; c’est le cas d’Alain Moloto dont les œuvres crient au-delà des frontières de la RDC. C’est de Dolisie et de Ouesso, à plusieurs kilomètres de Brazzaville, la capitale du Congo, que nous recevions des coups de fils des pasteurs et autres chrétiens qui voulaient à chaque minute recevoir des nouvelles de Moloto, pendant qu’il était encore malade. Et ils n’ont cessé d’appeler pour avoir des confirmations  sur la nouvelle de son décès.

Nous disons qu’il a marqué l’histoire dans la manière d’adorer qui a traversé les frontières. Il a donné une impulsion sur la manière d’adorer, une autre manière d’adorer, à tel point que  même les chorales de nos églises s’inspirent de Moloto pour conduire le culte afin  d’emballer les fidèles à rencontrer le Seigneur.

Alain Moloto a marqué son histoire et ce n’est pas de sitôt qu’on pourra l’oublier dans la mémoire des vrais adorateurs. C’est une bibliothèque qui s’en va, il faut le reconnaitre ; à chacun son don particulier. Ce qui nous console, c’est que Moloto a pu assurer le discipolat en ce domaine. Nous penserons à lui quand nous écouterons Atom’s,  les Mulaja, Francis et autres qui doivent perpétuer cette autre manière d’adorer ; une nouvelle façon de rencontrer Dieu.

Quant aux causes de sa mort, nous  nous en remettons à l’Eternel à qui appartiennent la vengeance et la rétribution. On a tué le corps mais pas l’âme. On n’a pas gagné parce que c’est maintenant qu’il deviendra immortel au travers de ses œuvres.»

Pasteur Benoit Mazunda de l’eglise « Evangile de Vie »,
Extension de La Borne/Kinsuka-Pompage

Last modified on Friday, 09 August 2013 19:03
Copyright © 2019 Nabii Samweli House - Tous droits réservés.